25 janvier 2008

Une sélection trés DTN

Je vois bien , à la courbe des connexions, que l'annonce du groupe retenu par Marc Lièvremont et ses compères a entrainé une certaine curiosité. J'ai pris un peu de temps et consulté mes éminences grises avant de me prononcer.

J'aimerai pouvoir dire que ça me plaît, sans réserve, car tous les joueurs retenus ont bien évidemment toute ma sympathie, les revenants ou les nouveaux, et pourtant, j'ai un sentiment de doute de tièdeur, qui va mal avec mon amour pour ce sport et les hommes et femmes qui le font.

Parlons un peu des individus. Des surprises donc tellement peu surprenantes, tant elles était annoncées mais pourtant, certains joueurs ont du se réveiller avec un migraine: Mignoni, d'abord qui semblait avoir pourtant donné quelques garanties contre Stringer en coupe d'Europe et pourtant sacrifié pour la nouveauté Morgan Parra, clairement proche des vues du staff car membre de l'aventure mondiale des moins de 21 ans, Papé ensuite qui tient la baraque du Stade Français depuis le début de la saison et qui là aussi peut se sentir sacrifié à l'équité géographique avec le méritant Arnaud Mella, enfin Mas que j'ai trouvé assez bon récemment ou encore Marty que personne ne semble regretter ou Poitrenaud.
Cependant, il faut bien tenter et donner la chance à ces joueurs et ce n'est pas cela qui me gène.
C'est juste que cette sélection a fermé la porte aux fortes personnalités au nom d'un projet de jeu. Volonté louable de créer un système de jeu complet, certes mais un peu abstraite, pour couper la tête à Chabal par exemple, un joueur hors norme que le monde nous envie, mais qui ne rentre pas dans le moule de la DTN. Cette sélection me semble sage, Murrayfield peut-être un bon révélateur de leur capacité à se battre.

Je serai encore le premier supporter des bleus et je souhaite que ces joueurs me donnent tort. Mais je reparlerai en détails des joueurs choisis plus tard, à l'annonce du XV de départ.

PS: Mon fils grandit et j'ai ajouté son lien dans la colonne de droite pour ceux que ça intéresse.

1 commentaire:

Romain a dit…

Bien lechée et bien peaufinée pour incarner la rupture mais soft. A Murrayfield les Ecossais sont chez eux et combattifs. Ils ont montré que, sans génie dans leur équipe, ils pouvaient perturber longtemps leurs adversaire. Un premier galop d'essai pour tester et faire voir de nouvelles figures, lancer les joueurs dans le chaudron international sans prendre une grosse tôle est peut-être la solution. Pour ma part, le plat est bon mais pas excellent. Un manque de sel sans doute?
Fais gaffe, ne montre pas ton fils cabossé déjà, il pourrait le recruter à la place de NALLET!